marteau japonais


Au Japon, comme ailleurs, quand on parle de forge il est nécessaire de distinguer forge moderne de forge traditionnelle.

Qu’est-ce que la Forge Japonaise ?

En Europe, nous avons grandement perdu nos savoirs de forge ancienne avec l’arrivée de l’industrie. Ce sont des icones de la forge traditionnelle tel que Christian Moretti qui ont fait de gros travaux pour retrouver certaines techniques.

Les Japonais ont sue, globalement, mieux préserver leur savoir-faire ancien.

Cela n’empêche qu’aujourd’hui au Japon, très peu de forgerons vivent de la forge traditionnelle. Beaucoup se sont modernisés, et certains ont conservés certaines choses tout en modernisant d’autres.

Les Particularités de la Forge Japonaise

Les forges traditionnelles du monde entier ont finalement plus avoir entre elles qu’avec la forge moderne de leur pays. Pour ne pas parler de la coutellerie moderne ou du stock removal (travail par enlevement de matière) qui n’ont finalement rien avoir avec le travail de forgeron.

Cependant, forge traditionnelle au Japon comporte de nombreuses spécificités et techniques locales (qui change d’ailleurs d’une région à l’autre au Japon, et d’une école de forge à l’autre).

Voici quelques exemples simples sans rentrer dans le détail.

L’Acier Japonais

Qui dit forge traditionnelle dit aussi acier artisanal traditionnel. Aujourd’hui encore pour la fabrication de sabre et de certains couteaux japonais artisanaux, est utilisé le Tamahagane issu du four Tatara.

On parle ici d’acier traditionnel. Cependant, le cas du Tamahagane actuel est un peu complexe et ne se trouve pas sous sa forme la plus ancienne. N’hésitez pas à consulter mon article sur l’acier Tamahagane pour mieux comprendre.

Le processus de forge :

Les Japonais, en tant qu’optimisateurs acharnés, ont cherché à obtenir un acier le plus pure possible. Mais ceci ne s’arrête pas à la production de l’acier. Il y a des précautions à prendre pendant la forge pour rendre cet acier le plus pure possible :

L’eau

Par exemple, en forge japonaise on utilise de l’eau durant le processus de forge pour purifier l’acier et éviter que les oxydes ne pénètrent à l’intérieur de l’acier où ils seraient ensuite emprisonnés.

La Guange d’argile

Dans la même logique, durant les étapes précédentes où l’acier est replié, on le trempe dans une bouillaque d’argile, puis dans du charbon de paille, afin de créer une couche de verre protectrice et ainsi éviter que l’acier ne se décarbure.

Le repliage

La forge japonaise s’est faite remarquée pour l’ingéniosité de ses repliages d’acier complexe, alliant les avantages de la souplesse d’acier doux ou moyennement doux, et d’acier dure permettant un tranchant redoutable.

Il existe à ce propos de nombreuses techniques de repliage de l’acier. Certaines sont spécifiques au Katana, mais il faut garder à l’esprit que les techniques de repliages complexes d’acier existaient beaucoup plus tôt chez les Celtes et d’autres peuples.

On peut conclure cependant, que les Japonais ont mieux su que quiqonque préserver et continuer de développer ces savoirs.

Trempe sélective

L’invention de la trempe sélective ne revient pas aux Japonais. Mais là aussi, ils ont su développer cette étape comme personne.

En confectionnant, des mélanges d’argile, de charbon et de silice pour couvrir la partie haute de la lame afin qu’elle ne prenne pas la trempe, ils ont développer une grande maitrise du sujet. Cela tant sur le point de vue utilitaire qu’esthétique.

La partie esthétique ayant ensuite était sublimé par l’art du polissage japonais traditionnel.

Foyer et position de forge

La forge au Japon se fait traditionnelement en position assise. Comme d’ailleurs les étapes suivantes de limage et de polissage.
Le foyer est en long et sur la gauche se trouve un soufflet japonais appelé fuigo. Le fuigo a été importé de Chine et a connu des ancêtres différents, avec des peaux de bêtes.

Il est particulièrement efficace, il permet en effet de souffler de manière plus concentrique qu’une forge électrique qui brasse beaucoup de volume d’air pour moins de force. Il comprend aussi une micro rétention avant chaque expiration comme une respiration. Cette rétention est très intéressante du point de vue la forge.

Note : La forge traditionnelle japonaise se fait bien évidemment au charbon de bois. Mais c’est le cas général quelque soit la situation géographique. Le charbon minéral, beaucoup plus polluant et moins intéressant, est arrivé très tard dans la forge.

Les outils de la Forge Japonaise

Les outils japonais utilisé à la forge ont beaucoup de petites spécifités, citons ici les plus remarquables.

Le Marteau Japonais

Les forgerons japonais utilisent des marteaux à têtes déportés, parfois légèrement replié vers l’avant pour optimiser le mouvement. Les masses de plus grande taille sont aussi de forme longitudinale.

L’enclume

L’enclume est le plus souvent de forme rectangulaire et une partie est enterré dans le sol. A priori des enclumes en pierre ont été utilisé à certaines époques et dans certaines régions.

Le Sen

Le Sen rappelle les planes de chez nous. Sauf qu’il a pour but de faire des copeaux d’acier. Il est aussi plus souvent utilisé vers l’avant, dans un mouvement de poussé plutot que de traction.

L’apprentissage de la Forge Japonaise

De nos jours, l’apprenti sabreur suit une formation de 5 ans au Japon auprès d’un forgeron. Durant cette formation il étudie beaucoup l’histoire des sabres anciens et leur spécifités selon les époques.

Ici Pierre Nadeau, humble mais grand spécialiste de la forge traditionnelle japonaise, nous parle de son apprentissage de la forge de sabre au Japon :


L’apprenti apprend par le geste en observant son maitre. Mais selon chez quel forgeron il se trouve il passera plusieurs années à couper du charbon sans un toucher un marteau. Bien que les forgerons actuels semblent favoriser l’apprentissage plutôt par la pratique.

Conclusion

Voici une brève introduction à la forge japonaise. N’hésitez pas à poser vos questions et je vous recommande le documentaire suivant :





Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *